Jardiner écolo : pourquoi et comment ?

Opter pour le naturel pour préserver l'environnement

jardiner vert
Que l’on ait la main verte ou que l’on soit un parfait novice, jardiner de manière écologique est à la portée de tous. Au-delà d’une simple tendance, verdir son extérieur tout en respectant l’environnement apparaît comme une nécessité lorsqu’on prend conscience des dégâts provoqués par les produits d’entretien chimiques sur la nature. Jardiner écologiquement, c’est prendre l’engagement de choisir des techniques naturelles visant à protéger la biodiversité et restaurer les équilibres, en changeant simplement ses habitudes.

 

Comment jardiner vert ?

Pour commencer, débarrassez-vous de tous vos produits traitants et engrais chimiques, qui polluent et épuisent les sols. À la place, adoptez des techniques de jardinage naturelles, plus respectueuses de l’environnement. Pour ce faire, il suffit d’un peu d’observation pour comprendre la nature, notamment ses besoins et son fonctionnement. Il faut prendre en compte tout ce qui la compose : la faune, la flore et le sol. En plus d’une bonne connaissance de son terrain, la clé est d’adopter une routine rigoureuse, de s’armer de patience et de laisser la nature faire son travail pour obtenir des résultats plus que satisfaisants.

 

6 conseils pour un jardin écolo

Choisir les bonnes plantes

Le choix des végétaux à planter est crucial : il déterminera notamment le type et la quantité de soins à fournir à vos plantes. Le mieux est de les choisir en fonction des spécificités de votre terrain. Ainsi, elles pourront mieux pousser et demanderont moins d’entretien qu’un végétal qu’on s’acharne à faire pousser dans des conditions qui ne lui sont pas adaptées. Prêtez donc attention aux conditions climatiques de votre région : gare à la sécheresse en été et au gel en hiver ! Il faut également prendre en compte l’exposition au soleil nécessaire à la plante, mais aussi la place qu’elle occupera une fois arrivée à maturité. Considérez également la nature de votre sol : certaines terres retiennent l’eau en surface quand d’autres la laissent s'infiltrer dans les profondeurs.

Bien gérer son eau

L’eau est indispensable à la croissance et la survie des végétaux. Toutefois, il est primordial d’en faire une consommation raisonnée notamment pour l’arrosage des plantes et du gazon. Pour ce faire, privilégiez l’arrosage au goutte-à-goutte, plus économique et contrôlé. En procédant ainsi, vous rendrez service à vos plantes, à votre portefeuille et à l’environnement. Vous pouvez aussi confectionner un système de récupération d’eau de pluie simple : il suffit de déposer un baril ou un grand seau sous vos gouttières. Douce et riche en nitrates, elle est idéale pour vos végétaux. Enfin, l’eau de cuisson des légumes s’avère particulièrement efficace pour lutter contre les mauvaises herbes, à condition qu’elle soit encore tiède et peu salée.

Fabriquer son compost

L’astuce du compost n’est plus à présenter. C’est l’une des premières actions que vous pouvez mettre en place. Il suffit de penser à ne plus jeter ses épluchures aux ordures mais de les regrouper dans un composteur, où il sera transformé en humus. Celui-ci enrichira le sol en lui fournissant les nutriments, oligo-éléments et sels minéraux indispensables aux végétaux. Vous pouvez également y ajouter des coquilles d'œuf écrasées et du marc de café. En adoptant ce geste vert, vous contribuez à améliorer la qualité du sol de manière tout à fait naturelle, si vous veillez à n’y jeter que des déchets n’ayant pas subi de traitements chimiques. Vous apporterez un engrais fertile et naturel à votre environnement.

S’équiper des bons outils

Pour s’occuper au mieux de votre terrain, rien de tel que de bons outils ! La tâche sera plus facile à réaliser si vous avez un équipement adapté à votre terrain mais aussi à votre morphologie et votre force. Pour débuter, la bêche, le râteau, les binettes, l’arrosoir et le sécateur sont indispensables. Certains fabricants ont mis au point un manche réglable et interchangeable adapté à tous les outils. De quoi vous faciliter la vie ! Pensez également aux outils en cuivre : ils sont résistants, ne perturbent pas les champs magnétiques du site, ne rouillent pas, ne s’émoussent pas et la terre n’y colle pas. Pour votre confort, n’hésitez pas à investir dans des genouillères ou des coussins d’agenouillement, qui rendront l’activité plus agréable.

Penser au paillage

A l’instar du sol des forêts, le paillage consiste à garder un sol toujours couvert pour le protéger. Pour ce faire, vous pouvez opter pour des plantes couvre-sol adaptées à votre terrain. En plus de décorer votre jardin, elles assureront la protection du sol contre l’érosion, les mauvaises herbes et la sécheresse. Une autre solution consiste à épandre de la paille, des copeaux, des feuilles séchées, du gazon coupé ou encore du compost au pied de vos plantes. Une épaisseur de 3 à 4 cm suffit pour être efficace. De cette façon, la matière organique permettra de retenir l’humidité – et donc, de limiter l’arrosage en été – et de protéger le sol des gelées en hiver.

Organiser la rotation des cultures

Pour que votre jardin puisse vivre et se régénérer sans que vous n’ayez à traiter votre sol trop souvent, il est important de ne pas toujours cultiver les mêmes choses au même endroit. La rotation des cultures permet justement d’obtenir de nombreuses récoltes dans son potager sans épuiser le sol. Pour ce faire, il faut diviser son terrain en quatre parties et changer de famille de plantes potagères chaque année, sachant que :
  • le premier groupe est composé de légumes “feuilles” : mâche, chou, salade, épinard, mais aussi tomate, pomme de terre, aubergine
  • le deuxième groupe est composé de légumes “racines” : carotte, navet, betterave, radis mais aussi ail, oignon, échalote
  • le troisième groupe est composé de légumes “grains” : pois, haricots, etc. et de légumes “fruits” : melon, concombre, potiron, courge
  • on gardera la quatrième parcelle au repos, en y plantant simplement des engrais verts qui viendront enrichir le sol.